Aller au contenu principal

Le fondateur

Image header

le Fondateur

Marcel Bleustein-Blanchet

Photo
La Fondation de la Vocation voit le jour le 11 décembre 1959.

Né en 1906, Marcel Bleustein-Blanchet suit les cours de l’école publique de la rue de Clignancourt, à Paris. A 18 ans, avec son certificat d’études comme seul bagage, il tourne le dos à la tradition familiale de commerce de meubles et deux ans plus tard, crée sa propre agence de publicité, Publicis, dans un petit deux pièces-cuisine au fond d’une cour, rue Montmartre. A 27 ans, il rachète une antenne radio peu connue dont il fait Radio Cité, la plus grande station privée de l’entre-deux guerre. A 30 ans, il devient millionnaire… Mais pour peu de temps : l’occupation nazie lui fait tout perdre, sauf l’honneur. Il entre en résistance, passe en Angleterre, sa tête étant mise à prix par l’occupant allemand, et obtient son nom de « résistant Blanchet ». A la libération, il décide de tout reconstruire à commencer par Publicis. Il réinvente la publicité, lui donne une éthique, un statut et les outils de connaissance dont les sondages, le marketing, les protocoles, etc.

« Il rebâtit Publicis jusqu’à en faire le 3ème groupe mondial de communication. Marcel Bleustein-Blanchet s’éteint le 11 avril 1996 à Paris. »

Image secondaire
Citation

Ils ont réussi quelque chose qui leur donne une joie de vivre et c’est ça que j’ai voulu faire. C’est ça que j’ai voulu exprimer, la joie de vivre dans l’amour de son métier.
C’est la plus belle réussite de ma vie.

Auteur
Marcel Bleustein-Blanchet

la création de la Fondation

La création de la Fondation de la Vocation 

Texte

Si l’on connaît Marcel Bleustein-Blanchet pour avoir été l’homme qui offrit à la publicité un déploiement hors du commun, il est aussi celui qui en 1959 a initié un formidable élan de solidarité au service des jeunes en créant la Fondation de la Vocation. L’idée de sa création lui était apparue, lors des heures sombres de la guerre, alors que l’agence de « réclames » qu’il avait construite s’écroulait dans une société en guerre. Il se faisait alors une promesse qui allait être la première pierre posée de l ‘édifice de la Fondation de la Vocation : créer un réseau d’entraide pour permettre à de jeunes passionnés d’atteindre leur rêve professionnel.

En homme de parole, il crée la Fondation de la Vocation et met toute son énergie à réunir un jury d’exception, des donateurs et amis engagés qui partagent avec lui sa conviction et sa générosité.

Image
1959 Marcel Bleustein-Blanchet crée la Fondation de la Vocation.
Description
Le 11 décembre 1959 la Fondation de la Vocation voit le jour.

60 ans plus tard, plus de 1500 lauréats ont pu bénéficier du soutien indéfectible de donateurs. Tous ont bénéficié du coup de pouce nécessaire pour y arriver.
Tous obtiennent également l’accompagnement à vie de la Fondation pour avancer dans leur mission !

il était une fois la fondation

La Fondation depuis 60 ans

1959-1969

250 Lauréats

1959 Marcel Bleustein Blanchet crée la Fondation de la Vocation.

Madame Georges Pompidou, Marraine de la Promotion 1964.

1966 Philippe Genty, 1er lauréat marionnettiste de la Fondation.

1968 Philippe Taquet reçoit le Prix de la Vocation, pour rapporter à Paris le 1ersquelette de dinosaure complet et original.

1960 « l’Expérience Hors du Temps », Michel Siffre, spéléologue, s’installe à 100 mètres sous terre pendant 2 mois pour étudier les rythmes biologiques. Ses études susciteront l’intérêt de la NASA qui financera une seconde descente dans la Midnight Cave au Texas pour une durée de 205 jours. C’est l'un des pionniers de la chronobiologie.

1966 Jacqueline Dubut, devient en 1967 la 1ère femme pilote de ligne puis 1ère femme commandant de bord en 1970.

Guillemette Andreu, egyptologue-archéologue, lauréate en 1968. Elle va diriger le département des antiquités égyptiennes du Musée du Louvre entre 2007 et 2014.

1969 250 lauréats exposent à la Maison de la Radio.

1969-1979

511 Lauréats

Didier Burggraeve, lauréat en 1970, initie «les 5 gestes qui sauvent», concept qui permet de sauver des accidentés de la route d’une mort certaine.

1974. Fidèle depuis la création de la Fondation en tant que membre du Jury, Marcel Pagnol parraine la promotion de l’année.

1974. Yves Coppens, lauréat en 1963, découvre Lucy.

1974. La traversée illégale de Philippe Petit, lauréat en 1968, entre les deux tours du World Trade Center, à New York et son arrestation par la police new yorkaise.

1975. Sylvie Girardet, Claire Merleau-Ponty et Anne Tardy créent le Musée en Herbe à Paris, premier atelier-musée destiné aux enfants.

Chantal Fabre, lauréate en 1974, infirmière pour lépreux s’engage aux côtés de Mère Teresa à Calcutta et Bombay.

1976. Michel Costa, unique sériciculteur de la Fondation, spécialiste des vers à soie.

1976. Création du Prix Littéraire Patrick Modiano, Patrick Grainville, Bernard Pivot, François-Regis Bastide, Françoise Xenakis composent le jury.

1979-1989

802 Lauréats

1981. Promotion Prix Nobel Français, François Jacob, Prix Nobel de médecine en 1965, André Lwoff, Prix Nobel de médecine en 1965, Alfred Kastler Prix Nobel de physique en 1966, Louis Néel, Prix Nobel de physique en 1970, Jean Dauset Prix Nobel de médecine en 1980.

1983. Réunion du grand Jury, dessin de Catherine Dubreuil, lauréate 1982.

Raymond Aron, Parrain de la Promotion 1983 lors de la réunion du Grand Jury.

1984. Hervé Walhen, dernier dinandier de la Fondation.

1986. Grâce à la Fondation de la Vocation Madeleine Griselin, docteur en hydrologie polaire (1979) et son équipe entièrement féminine effectuent la première traversée mondiale de l’océan glacial arctique, du Spitsberg au Pôle Nord.

1987. François-Paul Journe, horloger,construit sa première montre de poche à Tourbillon à l’âge de 20 ans et n’a eu de cesse de fabriquer des montres à complication, des pièces uniques, pour des collectionneurs internationaux depuis son atelier indépendant en Suisse. Depuis 35 ans l’aventure continue, cet horloger hors norme n’a pas de limites.

François Mitterrand Président de la République, parrain de la promotion 1989. Bernard Pivot est maître de cérémonie.

1989. André Ostertag, viticulteur, transforme la façon de fabriquer le vin en renonçant à la filtration et ouvre la voie au vin biodynamique.

1989. La fondation fête ses 30 ans et ses 800 lauréats.

1989-1999

1045 Lauréats

1990. Pierre Heitz, fondateur du « Rideau attelé », théatre ambulant.« Vous êtes une pierre qui pave le chemin que constitue l’aventure de notre Vie. C’est vous qu’on espère quand il faut franchir les obstacles qui barrent la route, et c’est à vous qu’on lève nos verres quand le bonheur est de passage ».

1990. Laurence Equilbey a fondé le chœur Accentus et Insula Orchestra avec qui elle inaugure le Louvre à Abu Dhabi en 2017.

1992. Laurence Zitvogel, cancérologue, précurseur dans la recherche en immu-nothérapie. Récompensée depuis par de nombreux Prix, dont le 47ème Prix de la Fondation Arc Leopold Griffuel en 2019.Ses travaux ont permis de développer des traitements anti-angiogéniques utilisés dans le traitement de nombreux cancers.

1992. Richard Schmoucler, violoniste, titulaire à l’orchestre de Paris. Il fonde le Sirba Octet et se produit aux quatre coins du monde. Cet ensemble propose une lecture originale du répertoire musical d’Europe de l’Est.

Jacques Fantini (1988) et Nouara Yahi (1993) chercheurs en biologie.Ils se rencontrent à la Fondation, font leur recherche ensemble et se marient quelques années plus tard.

1993. Amélie Nothomb reçoit le Prix Littéraire de la Vocation pour Hygiène de l’assassin. Elle a depuis reçu, entre autres, le prix Chardonne, le Grand prix du roman de l’Académie Française, le prix de Flore, et le Grand prix Jean Giono pour l’ensemble de son œuvre.

1994. Lâm Duc Hiên, né au Laos, il suit sa famille en exil. Après deux ans dans des camps de réfugiés, deux évasions, il arrive en France en 1977 où il se découvre une soif d’apprendre et obtient son diplôme aux Beaux-Arts. Il est aujourd’hui photographe humanitaire.

1993. François Azambourg, designer récompensé par de nombreux Prix. Ses créations ont intégré les collections du FNAC, du Musée des Arts décoratifs de Paris et du Centre Georges Pompidou. Il enseigne depuis 20 ans son approche du design.

1994. Didier Van Cauweleart décide de devenir écrivain à l’âge de 7 ans. Prix Littéraire de la Vocation en 1984 pour Poisson d’Amour, il reçoit le Prix Goncourt pour Un aller simple en 1994.

1995. Alexis Mabille reçoit le Prix de la Vocation. Il collabore notamment avec Christian Dior et Yves Saint Laurent avant de créer sa propre marque et reçoit l’appellation officielle de Haute Coutureen décembre 2012.

1997. Christophe Julien, compositeur, nommé aux César en 2018, il obtient le Prix de la SACEM du compositeur à l’image de l’année en 2019.

Elisabeth Badinter prend la Présidence de la Fondation.

1999. Jacques Chirac, parrain de la Promotion.

1989 - 1999. La Fondation récompense ses lauréats au Théatre Marigny qui nous accueillera jusqu’en 2012 avant une longue période de rénovations.

1999-2009

1325 Lauréats

2001. Emmanuelle Pouydebat, biologiste de l’évolution, reçoit le Prix de la Vocation.

Dorine Bourneton, lauréate en 2002, 1ère femme handicapée pilote de voltige aérienne.

Hervé Gouriou, lauréat en 2002, passionné par la campanologie depuis l’âge de 12 ans. Il est aujourd’hui le seul campanologue titulaire en France.

Lionel Daudet, alpiniste, lauréat en 1996 arrive à bout des « Grandes Jorasses » après 14 jours d’escalade en hiver, en solitaire et par les voies les plus difficiles.

2003. François Cheng, parrain de la Promotion des lauréats .

2003. Jérôme Maran, herpétologue reçoit en 2002 le prix pour son projet de sauvegarde des tortues. Son refuge voit le jour 15 ans plus tard.

2004. Benoit de Maillard et Emmanuelle Sciacca deux lauréats ingénieurs des laboratoires de la police technique et scientifique. Ils marquent l’apparition de nouveaux métiers à la fondation.

Christophe Ono-dit-Biot, lauréat en 2004 pour Génération spontanée. En 2007 il reçoit le prix Interallié pour Birmane, le Grand prix du roman de l’Académie française et le prix Renaudot des lycéens en 2013 pour Plonger. Il est membre du jury du prix littéraire de la Vocation et directeur adjoint de la rédaction du Point.

2006. Sébastien Joannin, palynologue -spécialiste des pollens, rallie Lyon à Pekin en vélo pour reccueillir des spécimens fossilisés de pollens afin d’étudier les changements climatiques au paléolithique.

2009-2019

1630 Lauréats

2012. Nicolas Hulot, Francine Leca, Thierry Marx, Fabrice Lucchini et Erik Orsenna, quelques parrains qui nous ont accompagnés.

2012. Disparition de Jean-Frédérik Schmitt, maître luthier lauréat en 1963, précurseur des techniques « modernes » de restauration d’instruments à cordes.

2013. Thierry Escaich, compositeur organiste de renom entre à l’Académie des Arts.

2015. S.E. Monsieur Cottalorda, ambassadeur de la Principauté de Monaco remet un prix au nom de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco à Antoine Boitel-Le-Moal, danseur de 20 ans qui intègre dès l’année suivante le Béjart Ballet Lausanne.

2016. Fatoumata Kebe, astrophysicienne, spécialiste des débris spatiaux. lauréate en 2009, est nommée parmi les françaises les plus influentes au monde par le magazine Vanity Fair.

2016. Eudes Jouët-Pastré, le premier polytechnicien berger de la Fondation.

2018. Fiona Petot, danseuse de flamenco, lauréate de l’année et Yurentz Bermudez lauréat en 2012 se produisent sur la scène du théâtre Montparnasse lors de la cérémonie de remise des Prix de la Vocation.

2018. Josza Anjembe, réalisatrice, lauréate en 2012 nommée aux Césars dans la catégorie meilleur court métrage pour «Le bleu, le blanc, le rouge de mes cheveux».

2019. Thierry Malandain, lauréat chorégraphe en 1996, élu membre de l’Académie des Beaux-Arts.

2019. La Fondation fête ses 60 ans.